Créer un PDF Recommander Imprimer

Intervention de Régine Saint-Criq , Responsable de la Commission Parité lors du Colloque sur « L’impact du système électoral et le rôle des partis politiques sur la représentation des femmes au Parlement en France et en Europe »

Vendredi 9 décembre 2011 au Conseil Économique, Social et Environnemental

 

Bonjour à toutes

… et à tous.

 

Au nom de la Coordination du Lobby Européen des Femmes et de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité du Conseil Economique Social et Environnemental j’ai le plaisir de vous accueillir pour cette matinée de réflexion  et je tiens à remercier le président de cette institution de la  République , Jean Paul Delevoy qui a mis gracieusement cette salle à notre disposition.

 

Merci également à l’ensemble des intervenants qui ont répondu à notre invitation et tout particulièrement à Lydie ERR  députée européenne, auteure du rapport « Impact des systèmes électoraux sur la représentation des femmes en politique » autour duquel s’organiseront nos débats.

 

Créée en 1991 , la Coordination française du Lobby européen des femmes,est progressivement  devenue depuis sa création l’un des acteurs incontournables sur le terrain de la revendication des droits des femmes . Elle rassemble des associations féminines et féministes et porte au plan européen les positions et propositions élaborées collectivement au plan national. Elle représente les associations adhérentes aux Nations Unies et au Conseil des Droits de l’Homme à Genève.

 

Les 80 associations qui la composent ,se répartissent dans diverses commissions : violences, femmes migrantes, extrémismes religieux, entreprenariat au féminin, femmes et sport, santé et droits reproductifs, parité.

La Commission parité de la CLEF, les associations Elles Aussi, Parité, l’Assemblée des femmes IDF qui  sont à l’initiative de cette journée, interviennent auprès des décideurs politiques et de l’opinion publique pour faire des propositions , revendiquer l’ application du principe de parité  chaque fois qu’il n’est pas respecté dans notre pays.

Les occasions ne manquent pas : depuis les pénalités financières non dissuasives pour les partis ne respectant pas le principe de parité lors des législatives , jusqu’à la  réforme des collectivités territoriales mettant à mal la représentation des femmes dans les futures assemblées…et ce, dans un contexte où l’on constate le glissement du discours paritaire vers celui de la diversité avec le risque d’instrumentalisation des différences qu’il comporte .

 

Si l’on se réfère aux dispositions légales et constitutionnelles votées ,

Si l’on se réfère aux nombres de déclarations solennelles  , chartes, plate-forme d’actions auxquelles la France a souscrit au plan européen et mondial ,

on ne peut que s’étonner des maigres résultats obtenus: 19ème rang au tableau des pays de  l’UE et 64ème rang mondial pour la présence des femmes dans les chambres basses.

La France a signé la déclaration solennelle et la plate-forme d’actions de Pékin en 1995 et ses 12 domaines d’intervention..

Elle a signé la déclaration d’Athènes en 1992 et ses 5 axes prioritaires dont la démocratie paritaire .

Elle a signé la Charte de Rome en 1996 « Les femmes pour le Renouveau de la politique et de la société » Elle s’est engagée de faire de l’égalité femmes hommes une priorité de l’UE.

Elle  a réformé la Constitution le 28 juin 1999 en consacrant l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives.

Elle a promulgué des lois sur la parité en politique en 2000, complétée en 2003 et 2007 .

 

Malgré tout cet arsenal, les résultats ne sont que partiellement au rendez-vous, Trop d’inégalités persistent selon les types de mandat. Les progrès sont lents et décevants.. Nous le verrons au cours des débats.

Pour la Commission parité, le moment était venu de mettre en débat le cadre institutionnel des différents systèmes électoraux mis en place par les autres Etats membres de l’UE ainsi que les quotas volontaires pris à l’initiative des partis.

Mesurer ainsi la représentation féminine obtenue et pourquoi pas nous en inspirer.

 

Régine SAINT-CRIQ

Responsable de la Commission parité de la CLEF

Ancien membre de l’Observatoire de la parité

Agenda

Aucun événement