Créer un PDF Recommander Imprimer

Lancement français de la campagne européenne ' Ensemble pour une Europe libérée de la prostitution !"

logo-lef

 

 

 

'Si dix fois par jour je devais avoir des relations sexuelles avec des inconnues pour vivre, après combien de fois aurais-je la nausée ? Sans doute dès la première.’

 

 

C’est sur ces paroles que se termine le clip interpelant du Lobby européen des femmes (LEF), produit dans le cadre de sa campagne pour mettre fin à la prostitution, que le LEF considère comme une forme de violence faite aux femmes.



JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Le clip d’une minute est réalisé par la réalisatrice française Frédérique Pollet Rouyer et le réalisateur belge Patric Jean, donc le documentaire de 2007 ‘La domination masculine’ a connu le succès de la critique. Dans le clip, une série de femmes rendent visite à un jeune homme prostitué, laissant de l’argent sur la table en échange de sa soumission à leurs désirs. ‘Ce que nous voulons provoquer, c’est un moment de réflexion et d’empathie’, explique Patric Jean. ‘Nous demandons aux spectateurs de se mettre à la place d’une personne prostituée et de s’imaginer ce que cela peut représenter de louer son corps et sa sexualité pour de l’argent. Si cet aspect basique de la réalité de la prostitution les rend mal à l’aise ou pire, alors ils devraient se positionner contre le système prostitueur’.

La campagne du LEF intitulée ‘Ensemble pour une Europe libérée de la prostitution’, interpelle les individus, les gouvernements nationaux et l’Union européenne à mettre fin à la tolérance sociétale persistante envers l’exploitation sexuelle et économique des personnes dans la prostitution, dont la vaste majorité sont des femmes. ‘Pour les membres du LEF, le système prostitueur représente un lieu d’inégalité extrême, un milieu où la violence et l’oppression sont voilées par une vision déformée de l’égalité dans un échange commercial’, dit Rada Boric, membre du Comité exécutif du LEF, qui représente plus de 2500 associations de femmes dans 30 pays.


Les associations travaillent avec les femmes prostituées, ainsi que les femmes survivantes du système prostitueur, soutiennent cette analyse et dénoncent l’inégalité des femmes et des hommes comme la cause profonde de la prostitution. ‘C’est un devoir fondamental de la société que de trouver des alternatives pour les femmes, afin qu’elles puissent vivre dans la dignité et ne pas tomber dans la prostitution’, insiste Pascale Rouges, une survivante de Belgique.

Une série de rapports officiels et d’études académiques soutiennent ce rude constat. Selon le Ministère de l’intérieur britannique, près de 95% des femmes dans la prostitution de rue au Royaume-Uni sont des utilisatrices problématiques de drogues. Neuf femmes prostituées sur dix voudraient quitter le système prostitueur mais ne s’en sentent pas capables. Aux Pays-Bas, où le proxénétisme a été dépénalisé en 2000, près de 90% des femmes travaillant dans les bordels en 2008 étaient victimes de traite des êtres humains. Une étude internationale a révélé que 62% des femmes dans la prostitution ont rapporté avoir été violées, et 68% des personnes prostituées présentent les symptômes du syndrôme post-traumatique de stress, au même niveau que les victimes de torture.


‘Je suis très heureux que le LEF ait eu le courage et la vision d’initier cette campagne’, dit Proinsias de Rossa, membre du Parlement européen. ‘Il est temps pour nous d’ouvrir les yeux sur la réalité de la prostitution dans nos sociétés, et d’admettre son incompatibilité absolue avec les valeurs d’égalité entre les sexes et de dignité humaine, que l’Union européenne a épousées et auxquelles elle est légalement liée’.

 

PASSEZ À L'ACTION

ENGAGEZ - VOUS POUR UNE EUROPE LIBÉRÉE DE LA PROSTITUTION

 

SIGNEZ LE MANIFESTE

 

Agenda

Aucun événement